Sans titre.png

La fabuloserie 12/2021
 

 HAMID AIT DADA et JABER, si ce dernier s'en va,le premier est toujours là !       
était très connu des Parisiens qui croisaient autour de Beaubourg, du moins à une époque, quand il y faisait de la musique sur les trottoirs. Il était aussi connu du petit milieu des amateurs d'art singulier ou brut (difficile de le classer dans l'une ou l'autre catégorie). Il était amusant de noter aussi tous les endroits improbables (j'avais fait une note à ce sujet) où il avait réussi à se faire exposer, jouant probablement de sa faconde, séduisant par son épate.
Après avoir vécu ces dernières années, d'après ce qu'il s'en disait, dans des conditions matérielles difficiles tout en étant âgé (il avait 83 ans, puisqu'il était né en 1938), il est parti ce 21 octobre, juste après que la Fabuloserie-Paris lui a consacré une petite exposition au vernissage de laquelle, paraît-il, il n'avait pu se rendre ; elle est prolongée au 1er étage de la galerie jusqu'à une date indéterminée pour le moment, en parallèle de celle qui débutait ce samedi 23 octobre, consacrée au créateur brut marocain Hamid Aït Dadda, prévue pour se terminer, elle, le 27 novembre. On trouvera sur Jaber nombre de renseignements, par exemple sur le site de la Collection Cérès Franco, installée à Montolieu (cette dernière l'ayant exposé dans les tout premiers, et ayant de ce fait acquis des œuvres de très bonne qualité.

 HAMID AIT DADA, Toujours vivant, lui, est présenté à la Fabuloserie-Paris donc – en collaboration avec la galerie Escale Nomad de Philippe Saada, qui le défend depuis plusieurs années (en compagnie d'autres artistes d'Essaouira au Maroc, comme Mohamed Babahoum, Asmah ou encore Ahmed Gnidila) –,

Voici quelques mots de présentation tels qu'ils se présentent sur le site de la Fabuloserie:

       "Agé de 92 ans. Né dans la région d’Essaouira, de la tribu des Haha, Hamid vient d’une famille assez aisée. Très affecté par la mort de sa mère, il souffre du remariage de son père et ne se sent pas de vivre avec sa nouvelle famille.

       Très jeune, il quitte donc le foyer pour aller à Essaouira, puis voyager dans les grandes villes du Maroc. Il vit de petits boulots : marchand, vendeur de rue…

         Grâce à ses voyages et à son retour à Essaouira, où vivent de nombreux étrangers, il apprend le français, l’espagnol, l’anglais et le portugais, ce qui lui permet de devenir guide touristique.

       Tous les visages, qui reviennent de façon obsessionnelle, sont les gens qu’il croise dans les rues et qui se moquent de lui. "

Cette remarque sur les moqueries des passants à son égard, très touchantes je trouve, et ne grandissant pas ceux qui les profèrent, a tout l'air d'un leitmotiv:

    "Aït Dada est un homme intelligent, discret, qui s’est fait lui-même et qui a toujours été la risée des habitants d’Essaouira, ce dont il souffre. Il traîne sa douleur de vivre..."

Hamid Aït Dadda (à noter que dans sa signature, Hamid ne met pas toujours deux D à son patronyme, son orthographe en caractères romains n'étant pas nécessairement fixée

HAMID AIT DADDA
100€ HAMID AIT DADDA  15 X 21CM
100€ HAMID AIT DADDA 15 X 21CM
press to zoom
100€ HAMID AIT DADDA  15 X 21CM
100€ HAMID AIT DADDA 15 X 21CM
press to zoom
100€ HAMID AIT DADDA  15 X 21CM
100€ HAMID AIT DADDA 15 X 21CM
press to zoom
100€ HAMID AIT DADDA  15 X 21CM
100€ HAMID AIT DADDA 15 X 21CM
press to zoom
100€ HAMID AIT DADDA  15 X 21CM
100€ HAMID AIT DADDA 15 X 21CM
press to zoom
100€ HAMID AIT DADDA  15 X 21CM
100€ HAMID AIT DADDA 15 X 21CM
press to zoom
100€ HAMID AIT DADDA  15 X 21CM
100€ HAMID AIT DADDA 15 X 21CM
press to zoom
100€ HAMID AIT DADDA  15 X 21CM
100€ HAMID AIT DADDA 15 X 21CM
press to zoom
100€ HAMID AIT DADDA  15 X 21CM
100€ HAMID AIT DADDA 15 X 21CM
press to zoom